Un nouveau concept

Participer à des évènements photographiques ou culturels est l’occasion, pour ambitions-lemag.fr, de soutenir des artistes émergents. Mais dans un contexte économique perturbé, il fallait trouver une solution solidaire, dans l’esprit du magazine. C’est ainsi que nous avons proposé, à What’s Up Photo Doc, le concept du « stand en partage ». Les artistes séduits par l’idée seront conviés sous notre bannière.
Le site : whats-up-photodoc.com

Les 3 photographes présents sur le stand Ambitions

Arnaud du Boistesselin « Je suis photographe, architecture et intérieurs, et je travaille pour des magazines. Un beau jour de janvier 2001, je m’installe au Caire, définitivement, plus rien en France, l’immersion totale dans un pays dont je ne connais ni la langue ni la vie, en fait … rien ! Les premiers mois, c’est une recherche de repères, un regard sur ce qui m’entoure. Il a fallu du temps pour l’accepter, mais ce que je vois ne ressemble en rien à ce qu’on m’a montré, que le Caire ce n’est pas comme ça.
Après le 11-Septembre, le gouvernement égyptien cherche à donner une image de ce qu’il pense être celle que l’Occident veut avoir de l’arabo-islamisme. Dans le même temps, le fantasme néo-orientaliste occidental fait toujours figure de réalité. Entre ces deux représentations extrêmes, je décide d’apporter mon regard avec des portraits de rue, dans un esprit barthésien de simplification du process et avec la contrainte de réduire au maximum la présence des imaginaires de toutes sortes. Pendant un an, j’ai arpenté, chaque jour, les rues du centre-ville et du Caire historique, il en résulte un corpus d’environ 3 000 photographies.

Les Portefaix du Caire. Photos 1 et 2 de la galerie ci-dessous
cargocollective.com/arnopier/

Aurélien Hatt L’altérité est un concept qui renvoie à ce qui est autre, ce qui est extérieur à un« soi », une réalité de référence comme l’individu et par extension le groupe, la société. Ce concept nous questionne sur qui nous sommes et sur notre rapport à autrui. Une relation d’altérité implique un engagement réciproque, une responsabilité des uns sur les autres. Au Sénégal, on estime qu’environ 10 500 personnes souffrent d’albinisme.Elles sont discriminées, isolées et victimes de nombreuses croyances. Génies pour certains et démons pour d’autres, elles sont l’objet de toutes sortent de superstitions. Aux croyances viennent s’ajouter les manques de prise en charge, de prévention, de connaissance de la maladie.
Le Polaroïd noir et blanc et son négatif permettent de créer un moyen de langage. Instantanément, le positif nous montre une réalité quand son négatif laisse entrevoir quelque chose d’irréel, de fantasmé.

Black sheep. Photos 3 et 4 de la galerie ci-dessous
aurelienhatt.com

Lionel Léger À la Pointe du Médoc, en Gironde, le littoral subit l’érosion. L’océan Atlantique gagne du terrain. C’est sur cette Pointe de nature calme, jadis agitée par des évènements historiques, que j’ai photographié les objets figés dans une nature en mouvement.
Les sujets sont bloqués. Dans leur chute. Leur utilité. Leur histoire… Comme un constat d’échec, comme un air d’abandon sur l’horizon de l’Atlantique.

Bloqués. Photos 5 et 6 de la galerie ci-dessous
lionelleger.weebly.com