Diaporama

LA GÉNÉRATION QUI CASSE LES CODES Après de brillantes études, Camille, 24 ans, vient d'ouvrir une boutique-salon de thé "com(m)e en Angleterre" à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). Ici, pas de cocorico, mais plutôt un style que ne renierait pas la Queen, pas de Paris-Brest mais des shortbread, pas de rouge-lime mais des thés anglais.

Texte et photos Nelly Seznec

Voir d'autres diaporamas sur notre chaine YouTube

Olympiades des métiers

Nos articles vous sont proposés simultanément en deux versions. Une version PDF, mise en page dans l’esprit d’un magazine papier. Une version mobile pour une lecture qui s'adapte à vos déplacements.
Ci-dessous un extrait de l'article. Pour accéder gratuitement à la totalité, créez votre compte.
Créer un compte

Olympiades des metiers

Texte Aurélie Hazard - Photos Olympiades

C’est à Bordeaux que se sont déroulées, les finales nationales de la 44e édition des Olympiades des métiers. Véritable vitrine des savoir-faire français et de jeunes talents. Seule condition pour être candidat : avoir la gagne.

Co-organisées par la région Nouvelle-Aquitaine et WorldSkills qui, depuis soixante-cinq ans promeut la formation professionnelle, les finales nationales de la 44e édition des Olympiades des métiers sont très attendues. Pour les candidats en compétition, cet événement constitue une opportunité : démontrer ses talents et ses savoir-faire devant des jurys de professionnels. Pour WorldSkills, engagée dans la reconnaissance et la promotion des formations professionnelles, ce rendez-vous biennal leur permet, comme le souligne Michel Guisembert de…

La Tablée des chefs

Nos articles vous sont proposés simultanément en deux versions. Une version PDF, mise en page dans l’esprit d’un magazine papier. Une version mobile pour une lecture qui s'adapte à vos déplacements.
Ci-dessous un extrait de l'article. Pour accéder gratuitement à la totalité, créez votre compte.
Créer un compte

la Tablée des chefs

Texte Esther Tatin - Photos Lionel Léger

L’idée nous vient du Québec : réunir des chefs et des éducateurs, pour apprendre aux jeunes à cuisiner et les sensibiliser à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Vincent Brassart, président de la Tablée des chefs en France,lauréat de La France s’engage depuis 2015, nous livre sa recette.

Ambitions : Lutter contre le gaspillage alimentaire et éduquer la jeune génération, est-ce la bonne définition de la Tablée des chefs ?
Vincent Brassart  : En effet. La Tablée des chefs a ces deux missions, nourrir et éduquer. Nourrir grâce à plusieurs actions, dont l’une que l’on peut appeler « courtage alimentaire ». Elle est axée sur la lutte contre le gaspillage auprès des traiteurs et des restaurateurs et concerne les produits finis, semi-finis, bruts ou issus de la grande distribution. À la Tablée des chefs, nous ne proposons pas de logistique, nous sommes juste des facilitateurs. Nous référençons et ciblons les associations susceptibles d’être distributrices et nous mettons en contact deux mondes que tout oppose. D’un côté, un monde hyper actif et réactif : les traiteurs qui sont capable d’organiser un dîner pour 1 000 personnes à J –1 jour. Et, de l’autre côté, le monde associatif qui fait une ou deux distributions par semaine, grâce à des bénévoles. L’idée de la Tablée est de faire en sorte qu’ils se rencontrent.
Pour cela, nous mettons en place une convention entre le donateur et le distributeur. La Tablée fournit des conditionnements et des étiquettes et, c’est surtout, l’unique interlocuteur des chefs, ce qui rassure ces derniers en terme d’organisation.
Dans un registre assez proche, nous menons une autre action : le team building solidaire. La Tablée des chefs invite des collaborateurs de sociétés dans des cuisines de traiteurs ou d’hôtels. Ces derniers demandent à leurs fournisseurs de leur donner des produits déclassés, c’est-à-dire consommables mais pas vendables.
Ainsi, réuni dans les cuisines de pros, tout ce petit monde prépare les plats dans une ambiance sympa.Il s’agira ensuite de les distribuer à des associations d’aide alimentaire, type Croix-Rouge ou Restos du Cœur. Ainsi, chacun à un rôle : la Tablée fournit le lieu, les tabliers et les barquettes ; les sociétés sont fières de montrer leur engagement ; les traiteurs et cuisiniers sont contents de faire découvrir leur métier. En échange, nous demandons un don aux participants. C’est un moyen élégant de lever des fonds et de développer des partenariats. Notre but étant, quand même, de faire vivre l’association avec des fonds privés.

Ambitions : Quelles sociétés démarchez-vous pour ce genre d’animation et comment cela est-il proposé en interne ?
Vincent Brassart : Tout type de société, banque y compris. Les Ressources humaines (RH) de nombreuses sociétés sont à la recherche de petites actions, pour consolider les équipes. Nous ne proposons pas des cours de haute gastronomie, mais plutôt des plats « goûtus ». La participation est d’environ…

Le verre politique

Nos articles vous sont proposés simultanément en deux versions. Une version PDF, mise en page dans l’esprit d’un magazine papier. Une version mobile pour une lecture qui s'adapte à vos déplacements.
Ci-dessous un extrait de l'article. Pour accéder gratuitement à la totalité, créez votre compte.
Créer un compte

présidentielles 2017

le verre politique

Texte Nelly Seznec - Vidéos Nina Guérineau de Lamérie

Nina, jeune journaliste, parcourt la France, depuis le 13 novembre et jusqu'au 7 mai, pour recueillir les souhaits et les rêves des 18-30 ans à la veille de l'élection présidentielle de mai 2017. Pour ce faire, chaque semaine,...

Les chefs antigaspi

Nos articles vous sont proposés simultanément en deux versions. Une version PDF, mise en page dans l’esprit d’un magazine papier. Une version mobile pour une lecture qui s'adapte à vos déplacements.
Ci-dessous un extrait de l'article. Pour accéder gratuitement à la totalité, créez votre compte.
Créer un compte

Les chefs antigaspi

Texte Nelly Seznec - Photos Lionel Léger

Dimanche 16 octobre, sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris, se tenait un brunch anti-gaspi à l’initiative de la Mairie. L’occasion pour les Parisiens de se régaler des 1500 repas préparés à partir des invendus de Rungis. Et pour les chefs d’initier le public à une cuisine zéro gâchis...

LES TINY HOUSE

Tiny house Nantes, France, Laetitia Dupré

Nos articles vous sont proposés simultanément en deux versions. Une version PDF, mise en page dans l’esprit d’un magazine papier. Une version mobile pour une lecture qui s'adapte à vos déplacements.
Ci-dessous un extrait de l'article. Pour accéder gratuitement à la totalité, créez votre compte.
Créer un compte

LES TINY HOUSE

Effet de mode ou solution à la crise ?

Texte Nelly Seznec - Photos Lionel Léger

Respect de l’environnement, qualité de vie, aspiration philosophique, nécessité économique… Une nouvelle forme d’habitat se développe : la Tiny House ou micro-maison mobile. Serait-ce une solution à la faible densité de population ? Un moyen de devenir propriétaires pour les familles touchées par le chômage ? Une alternative écologique ? Une maison de poupées pour bobos ? Ambitions a mené son enquête.

Jusque-là, on pouvait évaluer son niveau de vie à la marque de sa voiture, à la destination de ses vacances... et bien sûr à la superficie de sa maison. Mais ça c’était avant. Avant que Pôle emploi n’ait fait le plein, avant le surendettement des ménages, avant que le prix de l’immobilier s’envole, avant que les conditions d’acceptation des prêts bancaires deviennent drastiques. Alors, souhaités ou contraints, nos modes de vie évoluent. C’est pourquoi, de plus en plus de personnes souhaitent vivre en autonomie et, dans la foulée, accorder leur vie au rythme de la nature.

MADE IN USA

C’est sans doute ce qui explique le succès français des campingcar (on compte aujourd’hui 400 000 immatriculations sur le sol français) et, plus récemment, l’engouement pour les micro-maisons. Le mouvement des Tiny House vient des Etats-Unis et date du début des années 2000 (suite à la crise des subprimes), talonné par le Québec.

Quinze ans plus tard, la France s’intéresse...