ESPAGNE

L’INITIATIVE

Marinaleda, un village andalou en autogestion

 

Texte Sandrine Edery – Photos DR

PUBLIÉ LE 12 MARS 2020

Coopérative communale, salaire unique, loyers symboliques… Situé dans la province de Séville, ce village de 3000 habitants pratique avec succès la démocratie participative depuis 40 ans.

Depuis la crise des « gilets jaunes », les Français sont nombreux à venir observer le modèle de démocratie directe que Marinaleda développe depuis 1979 après les premières élections libres qui ont suivi la dictature franquiste. Il s’agit d’un système social et politique basé sur l’autogestion et mené depuis 40 ans par le maire, José Manuel Sanchez Gordillo.
En 1991, après 10 années de lutte, les habitants, en majorité ouvriers agricoles, ont obtenu du gouvernement régional 1 200 hectares qu’ils exploitent aujourd’hui en coopérative. Cette coopérative intègre ses propres unités de transformation et commercialise sa production. Le salaire de tous les travailleurs, et cela quel que soit leur poste, est de 47 euros par jour.
Plusieurs fois par mois, le village se réunit pour débattre et voter à main levée. Que ce soit pour les impôts, les transports en commun ou les horaires de la piscine municipale. Voici quelques exemples de leurs décisions : Toutes les installations sportives sont gratuites, sauf la piscine (l’abonnement annuel coûte 3 €) ; les habitants règlent seulement la moitié de leurs taxes d’habitation. Le reste est complété par la commune ; les loyers sont fixes et de 15 € / mois ; la crèche coûte 12€ / mois pour un enfant, nourriture comprise ; il existe une chaîne de télévision locale et associative où chacun peut s’exprimer…
A l’heure où la crise entraîne l’expulsion de 40 familles andalouses par jour, le modèle de Marinaleda commence à séduire d’autres communes comme Somonte (situé à 50 kms, entre Séville et Cordoue). Et sur place, la question de la transmission du modèle à la jeune génération reste la préoccupation majeure pour la pérennité du système.

ESPAGNE

EN ROUTE VERS…

Grazalema, le plus beau village blanc d’Andalousie

 

Texte et photos Chloé Léger – Extrait du blog Au fil du Globe

Niché au creux des montagnes, Grazalema est un village blanc pittoresque, entouré de roches grises caractéristiques de la région et de forêts de sapins, qu’on ne trouve qu’ici. C’est un village andalou idéal pour passer un weekend au frais en plein été, se ressourcer, profiter de la nature environnante et goûter aux spécialités de la région.

Se balader

Que vous soyez novice ou amateur, il y a des dizaines de sentiers de randonnées dans la région, pour tous les niveaux et de diverses durées.

– Ermita del Calvario (30 minutes)
Une balade plus accessible, depuis le Mirador El Tajo, suivre la route qui monte pendant une dizaine de minutes, puis prendre à gauche le petit chemin indiquant « Ermita del Calvario » . La montée se fait en 20 minutes pour arriver à l’ermitage abandonné où la nature a repris ses droits, un lieu surprenant qui surplombe le village.

Nidos de Buitres (nids de vautour – 1h30)
Au départ du Mirador Puerto de las Palomas, à 10 minutes en voiture de Grazalema. C’est une randonnée dans les hauteurs, connue pour les nids de vautour que l’on peut apercevoir sur le chemin.

Vue imprenable sur la vallée (2-3 heures)
Au départ du Camping Tajo Rodillo à Grazalema. Dans un décor surréaliste, entre points de vue imprenables sur la vallée, forêts de pins et montagnes rocheuses. Il n’est pas rare d’y croiser des bouquetins !

Se cultiver

À 5 minutes à pied du centre du village se trouve le musée de fabrication de couvertures, qui sont confectionnées en laine des brebis de la région et de mérinos.

Se restaurer

Ici, on ne trouve que des restaurants typiques andalous Pour être sûr de bien manger, voici 3 options délicieuses.

Gastrobar La Maroma

Cuisine maison et endroit chaleureux. Tapas de qualité et addition modérée.
Menus et carte entre 13 et 24 euros.

Cadiz El Chico

Cuisine espagnole traditionnelle et plats typiquement andalous.
Menus et carte entre 15 et 30 euros.

Casa Martin

L’endroit idéal pour une dégustation de fromages, charcuteries, et vins locaux.
Menus et carte entre 10 et 30 euros.

Continuer le voyage

Lire la totalité de l’article sur Au fil du Globe