Télécharger le PDF

cosmétique pour malades du cancer

Meme

Crèmes de femmes

Texte Nelly Seznec – Photos Lionel Léger
PUBLIÉ LE 4 AVRIL 2016

« Même » est la première marque de produits de beauté développée pour et par les femmes concernées par le cancer. A l’origine de cette idée, Judith Levy et Juliette Couturier, deux jeunes femmes bien décidées à apporter du bien-être à celles qui en ont besoin.

cosmétique pour malades du cancer

Le duo gagnant : Judith (à g.), diplômée de Strate, une école de design. Juliette (à d.), diplômée d’ HEC et Sciences Po Paris.

On pourrait parler de belle histoire si le sujet n’était pas aussi sérieux, mais on ne le fera pas. On pourrait parler de conte de fées tant l’aventure de Judith et Juliette s’est construite au hasard des rencontres, des conseils et de la confiance, mais ça non plus, on ne le fera pas. Ce projet est né d’une envie partagée, de la persévérance, de l’acharnement, de l’altruisme, de leur foi en l’avenir, de leur sourire, de leur sueur. Avec l’énergie de la fée Clochette et le sourire de la Bonne fée. On va juste parler d’une idée si simple qu’on se demande encore pourquoi personne ne l’a eue avant. Mais, en même temps, on ne va pas jouer les étonnés car, en général, le glam et les paillettes sont ailleurs. En tout cas, pas dans les services d’oncologie (là où l’on soigne les cancers). Et pourtant, il faut une bonne dose de courage pour regarder certaines choses en face, sans atermoiement mais avec bienveillance.

SLOGAN ANTICANCER

« Même » c’est l’idée, le nom de code, puis le nom définitif. Et un slogan : « Même malade, je m’aime, on m’aime. » Il n’existe pas de plus belle déclaration. C’est une promesse de soins cosmétiques adaptés aux femmes en traitement contre le cancer. Lorsque le corps fait mal, qu’il a besoin d’être réconforté mais qu’il ne supporte plus aucun soin, aucun produit, il faut lui prodiguer autre chose. Parce que le « même pas mal » est primordial et le « fée moi belle,» capital.

L’HISTOIRE D’UNE IDEE

Plus que tout autre projet, l’idée est née d’une nécessité, d’une urgence. Celle d’apaiser les douleurs, de soigner son image, de refaire amie amie avec son miroir. Se sentir féminine, séduire et se laisser séduire. La mère de Judith est malade : cancer du sein et toute sa corolle de traitements. Forcément désagréables. Pendant cette période de trois ans, la mère de Judith redouble de féminité. Sa façon à elle de combattre le mal. Pas une semaine sans acheter des vêtements ; pas une journée sans rechercher le nouveau produit de beauté. Celui que sa peau meurtrie tolérera, apaisera, adoucira, rendra plus belle. Judith observe alors le parcours du combattant que sa mère mène chaque jour. Inlassablement. La peau des femmes en traitement de chimiothérapie ou radiothérapie est si sensible. « C’est assez incroyable qu’il n’existe aucun produit de beauté pour ces femmes » réfléchit Judith. En dernière année d’école de design, elle choisit pour sujet de mémoire « La féminité dans la maladie ». L’idée est là. Elle l’imagine, la peaufine. Dans sa tête, sur le papier.

« THE » RENCONTRE

Son stage de fin d’étude, Judith le fait chez l’Oréal. Jusque-là, son souhait était de travailler dans l’univers du luxe. Son projet change de cap. Et d’autant plus quand elle rencontre Juliette, elle aussi en stage de fin d’études dans la même société. Des choses en commun, des valeurs communes. Bref, « the » rencontre. Une conversation, Juliette est emballée. Le projet de Judith résonne en elle, pas besoin d’épiloguer davantage. « Le projet de Judith m’a entièrement convaincu, aussi j’ai immédiatement changé tous mes plans », reconnaît Juliette. Elle aussi est confrontée au cancer dans sa famille. Inutile de lui raconter par le détail ce combat. Elle connaît.

cosmétique pour malades du cancer

La start-up Même est hébergée à l’incubateur Sciences Po, à Paris, et profite ainsi de services comme le conseil juridique, l’expertise comptable et l’accompagnement au quotidien. Même est également épaulée par l’incubateur HEC et Cancer Campus, l’incubateur de l’Institut Gustave Roussy. Un vrai coup de pouce !

cosmétique pour malades du cancer

Le blog memecosmetics.fr/blog est un lieu de dialogue. Chacun(e) peut y exprimer ses joies, ses peines, ses doutes, ses victoires, ses combats… Et l’on peut aussi y partager ses idées, ses astuces et même remercier Même d’exister. Ou on peut aussi foncer sur leur site www.memecosmetics.fr

COMMENT S’Y PRENDRE POUR ENTREPRENDRE ?

Bien sûr que lorsque l’on démarre un projet, il n’y a pas qu’une seule façon de faire. Judith et Juliette avouent qu’elles n’y connaissaient rien, qu’elles n’avaient pas vraiment pensé à devenir entrepreneuses. Alors, elles ont fait confiance, elles ont su écouter. Toutes deux ont commencé par en parler autour d’elles, famille, amis, afin de mesurer comment était reçue leur idée. Les réponses étaient toujours positives. Et puis sans bâtir davantage de plan d’action, elles ont fonctionné avec un réseau, celui des amis, des connaissances, d’amis d’amis, de connaissances de connaissances. Et inversement ! Février 2015 : au Salon des entrepreneurs, Judith et Juliette rencontrent des femmes du réseau Angel Santé, qui proposent une succession d’entretiens de dix minutes. L’une d’elle, Armelle, a débattu avec Judith et Juliette pendant plus d’une heure. Passionnée, par leur projet, elle leur a prodigué des conseils. Judith et Juliette ont aussi rencontré des Business Angels, c’est-à-dire des particuliers qui investissent dans une entreprise innovante et qui, en plus, mettent à disposition de l’entrepreneur leurs compétences, leur temps et leurs réseaux. Elles ont même eu la chance, durant leur levée de fond, de rencontrer une personne – le croyez-vous – qui côtoie avec tous les cancérologues de France ! Presque fastoche ! Et c’est ainsi qu’elles ont commencé à réunir les premiers financements.

EN MODE ACTION

Depuis début 2015, Judith et Juliette sont à plein-temps sur Même. Et sont sur tous les fronts : constituer leur société (SAS, Société par actions simplifiée), trouver les financements, dénicher le laboratoire, tisser des réseaux, être présentes sur le numérique, formuler les crèmes, s’occuper du packaging, du marketing… et, surtout, garder l’âme du projet : de bons produits à prix raisonnables pour les femmes atteintes de cancer. Sans entrer dans les « détails » des symptômes particulièrement pénibles pour les femmes en traitement, le challenge de Même et du laboratoire était d’élaborer des produits que les femmes pourraient supporter. Trouver des formules agréables en lesquelles elles peuvent avoir une totale confiance. Une véritable innovation. Ainsi a été black-listé un nombre impressionnant d’ingrédients. Les crèmes contiennent un maximum de composants d’origine naturelle. Il s’agit de donner du confort sans jamais perdre de vue qu’il faut également procurer du plaisir. Alors, les crèmes ont été testées auprès de femmes en traitement, reformulées, testées à nouveau… jusqu’à obtenir le produit le plus adapté. Emballées, les testeuses ont demandé à Même d’ajouter une petite fragrance (un parfum sans allergène) dans une crème. Et elles ont plébiscité le résultat final. Assurément, les testeuses, Même les aime.

VENTE EN LIGNE

Côté prix, Judith et Juliette gardent en tête que leur ligne de cosmétiques doit rester abordable. Aussi sera-t-elle commercialisée à des prix moyens. Leur stratégie de communication et marketing est hyperciblée. La ligne cosmétique de Même sera essentiellement vendue en ligne On trouvera aussi la gamme dans quelques pharmacies, déjà spécialisées dans les produits pour femmes en traitement de cancer, et dans quelques magasins spécialisés dans la vente de perruques. Alors, rendez-vous fin 2016. Même sera sur orbite. Et nul doute que Même, on l’aime déjà. Infiniment.

COMMENT DÉMARRER AVEC 6 000 € EN POCHE

Eh ! bien, on ouvre grand ses oreilles et on saisit sa chance. Pour Judith et Juliette, il fallait débusquer le sous-traitant cosmétique capable de commencer à formuler les crèmes alors qu’elles n’avaient que 6 000 euros d’économies. Le sous-traitant leur a été indiqué par l’ami d’un ami d’une amie (à l’infini et au-delà). Le temps de narrer leur histoire, leur projet… auprès du directeur de P&B Group, un labo d’Aix-en- Provence, qu’il acceptait déjà. Et s’est mis au travail début 2015, adhérant au projet. Et, pour reparler de conte de fées, ce directeur a différé toute avance de fonds pendant plusieurs mois.

Un conseil ?

Il faut un projet ; c’estc e qui fait qu’on se lève le matin.
JUDITH

ÊTRE CONNUES 2.0

Une idée géniale, mais si elle ne sort pas du bureau, elle n’a que peu d’impact ! Il faut donc se faire connaître avant d’être reconnu. Les réseaux sociaux : facebook, Instagram, un blog. Et aussi les médecins, les infirmières coordinatrices, les socio-esthéticiennes, les associations et réseaux de patientes dans les hôpitaux. Toute personne qui côtoie la maladie, qui la soigne, sans oublier l’entourage du malade. Inutile de dire que ça fait du monde. C’est le constat de Judith et Juliette lors de leurs rencontres tous azimuts : chacun a été confronté de près comme de loin à cette maladie.

  • Facebook : 7 764 amis
  • Twitter : 686 followers
  • Instagram : 3 084 abonnés

Un conseil ?

Ne pas avoir peur, on a toute la vie devant soi. En faisant des erreurs, on avance.
JULIETTE

cosmétique pour malades du cancer

L’ARGENT, NERF DE LA GUERRE

Oui et non. Judith et Juliette ont tout bâti, pensé, créé, imaginé sans savoir si elles parviendraient à financer leur projet. Donc, il n’est pas interdit de rêver. Mais la levée de fond est encore une belle histoire au pays de Judith et de Juliette. C’est si intimidant !

Alors, comment on s’y prend ?

« Tout naturellement », sourient Judith et Juliette, mais en étant engagées et motivées. « On raconte aux décideurs l’histoire que l’on vient de vous raconter. La naissance du projet, ce qu’il porte… Mais le temps des décideurs est compté. Alors, il s’agit d’un condensé, d’un « précipité ». Malgré tout, ces décideurs sont bienveillants et, s’ils le peuvent, leur donnent des contacts. Ce qui fait sourire Judith et Juliette, c’est qu’en une année, elles ont noué plus de contacts qu’elles n’en auraient établis en dix ans de carrière, tant elles ont porté à bout de bras leur projet, de façon presque viscérale. Et ça, ça fait réfléchir. Et quand on fait les comptes, ça donne quoi ? 100 % de réussite ! Tous les décideurs se sont laissé convaincre.

E-CONTACTS

www.memecosmetics.fr
www.facebook.com/meme.cosmetique
contact@memecosmetics.fr
memecosmetics
@MEME_COSMETICS